Jeux de plateau

Kingdomino : la review

Kingdomino : King of the game !

kingdomino

“Vous incarnez un Seigneur en quête de terres pour étendre son Royaume. Champs de blé, lacs, montagnes… il vous faut tout explorer pour repérer les meilleures parcelles.

Mais d’autres Seigneurs convoitent les mêmes terres que vous… “

En octobre dernier sortait une jolie petite boite nommée Kingdomino. Vu le nom du jeu, on pouvait aisément se douter qu’il s’agit d’un jeu de domino, à la sauce Cathala. Alors évidemment, perso les dominos, ça me fait pas rêver, mais quand je vois comment Cyrille Leroy a détourner les dominos en sortant Sapiens (la review est ici), je me suis dit que ça pouvait être pas mal.

Le point matos.

 

Kingdomino c’est d’abord une jolie illustration, signée Cyril Bouquet, qui laisse clairement supposé que c’est un jeu pour enfant (et pourtant non). A l’intérieur, un thermo bien pensé, peu de perte de place. Pour le matériel en lui même, 48 dominos super épais, très agréable à manipuler, 4 tuiles de départs, 4 châteaux en carton à assembler, et 8 meeples, 4 de chaque couleur.

Comment ça se joue ?

Le principe de Kingdomino est simple, il faut réussir à étendre votre royaume dans un carré de 5 sur 5 terrain. Tout ça en choisissant des dominos et en faisant correspondre au moins un paysage. Jusque la rien de bien compliqué, ni de très original, mais il y a une petite astuce qui donne au jeu une tout autre dimension.

kingdomino

Au début du jeu, chaque joueur prend donc sa tuile de départ, son château et son meeple. Ensuite on place au centre de la table autant de domino face caché qu’il y a de joueur. Le dos des dominos est numéroté, on les place donc par ordre croissant puis on les retourne. Un des joueurs prend dans ses mains les meeples des joueurs, y compris le sien, les mélange sous la table, puis en sort un. Le joueur a qui appartient ce meeple a donc le privilège de choisir la tuile qu’il souhaite prendre et place son meeple dessus. On procède de même pour tout les autres joueurs.

Une fois tout les meeples placés sur les tuiles, on va placer, comme au début du jeu, de nouvelles tuiles à coté de celles deja posées. Le joueur qui a choisit, soit de son plein gré soit par défaut, la première tuile est donc le premier joueur. Il prend sa tuile, la place dans son royaume, et il doit ensuite placer son meeple sur une des prochaines tuiles.

Et c’est la que le jeu est très malin, car il faut bien sur prendre les bonnes tuiles, mais si la bonne tuile est en dernière position, cela veut dire que l’on sera dernier joueur sur le tour suivant, et que l’on risque de récupérer les tuiles que personne ne veut, et qui ne nous intéressent pas du tout.

Dans Kingdomino, il ne suffit pas d’assembler des paysages de même type pour scorer, il faut réussir à y intégrer des terrains avec des couronnes. Car en fin de partie, un terrain sans couronne ne rapporte rien. Pour calculer les points, s’il y a 3 couronnes dans un champs composé de 6 terrains, on va simplement multiplier 3 par 6, ce terrain rapporte donc 18 points. On fait de même pour tout les autres types de terrains.

kingdomino

En fin de partie il faut également retirer toutes les tuiles qui dépassent du carré de 5×5, et là il y a des choix parfois compliqué à faire, et ça peut vous faire perdre une partie, l’agencement est très important !

Kingdomino est un excellent jeu, à ma grande surprise et c’est tant mieux. Tout repose sur un principe simple, mais les choix des tuiles, le choix du placement pour l’ordre du tour qui va influencer sur les choix que nous aurons au prochain tour, est hyper malin, bien pensé. De plus le jeu est très accessible, il s’explique en 2 minutes, on comprend très vite comment ça fonctionne dès le deuxième tour. Bref chapeau Monsieur Cathala, je pense que Kingdomino va devenir un classique du jeu, et qu’il va occuper les étales des boutiques un bon bout de temps.

kingdomino

Kingdomino est un jeu de Bruno Cathala, édité par Blue Orange, pour 2 à 4 joueurs, pour des parties de 15 minutes.

 

 

 

Catégories
Jeux de plateau

Musicien, dessinateur, animateur socio culturel, fan de séries américaine et de BD, je suis tombé dans un jeu de plateau il y a 5 ans de cela, depuis je passe mon temps à lire des règles de jeu et à faire jouer tout mon entourage. Je vis ma passion à fond, et j'essaie du mieux que je le peux, de partager ma passion du jeu avec le plus grand nombre, c'est à dire avec vous.

Laissez une réponse

*

*