Toys

Le Trône de Fer, le jeu de figurines : le point sur les règles.

Après un unboxing qui aura probablement laissé des questions en suspens, voici venir une partie de démonstration qui vous permettra de découvrir les mécanismes qui sous-tendent le jeu de figurines du Trône de Fer.

Constitution d’armée

Pour commencer, il faut constituer son armée. Pour cela, il suffit d’attacher des unités (un groupe de figurines sur un plateau) à une figurine commandante (à piocher parmi une sélection de héros des livres issus des célèbres familles Stark ou Lannister, ou à défaut d’unités plus classiques), tout en respectant un nombre de points maximum en fonction de la longueur de la partie choisie. Avec le contenu de la boîte de base, on peut constituer deux armées de 30 points.

Mon armée Lannister avec Gregor “La Montagne” Clegane et Jaime “Le Régicide” Lannister.

 

A partir de ces choix, on constitue alors une pile de cartes (le paquet tactique) dans lequel on piochera et jouera des tactiques pendant le partie. On trouvera dans ce paquet des cartes de faction (liées à la famille que l’on joue) et des cartes liées aux Personnages qu’on a choisi pour commander nos armées. Ces cartes permettent de relancer des dés, modifier leur quantité ou donner des états particuliers aux adversaires ou attaquants. Il y a une vraie variété tactique qu’on a directement sous la main ce qui, en cours de jeu, est très appréciable et très lisible.

Par la suite, il suffit de constituer ses plateaux de jeux, de les disposer selon le scénario choisi (ici Le Jeu des Trônes, simple et classique affrontement face à face), agrémenter la table de jeu des éléments de terrain choisis et c’est parti!

Stark versus…

…Lannister.

Les possibilités tactiques

Le jeu repose par la suite sur un système au tour par tour très classique. On trouve plusieurs mouvements de troupes possibles :

  • La manœuvre, qui consiste essentiellement en un déplacement précédé et suivi d’une orientation du plateau
  • La marche, qui consiste en une avance rapide (deux fois la capacité de mouvement de l’unité) avec orientation en fin de course
  • La charge, qui consiste en une orientation, un lancer de dé pour déterminer la distance parcourue, et une attaque si le jet de dé vous a été favorable
  • L’attaque, qui consiste en une attaque des unités à portée (corps à corps ou à distance en fonction de l’unité jouée)
  • le repli, qui consiste en une fuite en marche arrière aidée d’un jet de dé et d’une réorientation (pour faciliter la suite de la fuite au tour suivant)

Comme on peut le constater à la lecture des mouvements possibles, il apparaît une composante extrêmement importante dans Le Trône de Fer, c’est l’orientation du plateau de figurines. En effet, une unité ne pourra attaquer, charger, etc… une unité ennemie que si elle est dans son champ de vision et donc orientée correctement. Ceci impose une certaine discipline dans les déplacements et les choix tactiques, mais ouvre surtout des possibilités assez fun, comme la charge à revers ou sur le flanc, avec une unité de cavalerie par exemple, c’est un carnage assuré. Les amateurs de jeux de stratégie (que ce soit de figurines ou sur PC) retrouveront très vite leurs marques. Les déçus de la disparition de WarHammer Battle au profit de Age of Sigmar aussi.

Tremblez misérables!

Les combats

Une fois les premiers mouvements de troupes réalisés, on arrive au cœur de ce genre de jeu : la bagarre!! Et c’est là que le jeu brille par sa simplicité et sa clarté. En effet, pas la peine d’avoir à relire 12 paragraphes de règles absconses ou connaître par cœur des tableaux de correspondance complexes. Toutes les règles sont résumées sur les cartes d’unités. On trouve d’un côté le nombre de dés qu’on peut lancer pour réaliser pour son attaque (en fonction du nombre de rangs encore en vie sur le plateau d’unité, logique), la valeur seuil qu’on doit réaliser pour effectuer une touche. Et ensuite l’unité qui défend trouve tout aussi simplement la valeur de dés à obtenir pour contrer l’attaque et comptabiliser ses pertes ensuite.

Par exemple, une unité de Gardes Lannister qui attaque une unité de d’Epées Liges Stark regarde sa fiche d’unité pour savoir combien de dés lancer. Dans notre cas, il ne lui reste que deux rangs de figurines encore en vie et ne peut donc lancer que 5 dés (au lieu de 6 si l’unité avait été complète). Je dois obtenir 4+ (faire au moins 4 sur chaque dé) pour toucher l’adversaire. Je lance mes 5 dés et je fais 1, 2, 4, 4 et 6. Je fais donc 3 touches et l’adversaire doit alors contrer 3 blessures. Pour cela il lance 3 dés et d’après sa carte d’unité, doit obtenir 4+ pour contrer. L’adversaire fait 2, 3 et 5. Il ne réussit qu’un lancer et perd donc 2 figurines dans son unité. Etant donné qu’il a perdu des figurines, l’adversaire doit réaliser un test de moral pour savoir si cette perte ne l’affecte pas. Ce test s’effectue toujours en lançant 2 dés, et on doit dépasser la valeur de moral indiquée sur la carte d’unité. Dans le cas des Epées Liges, c’est 6+. Il fait un 4 et un 3, ouf c’est sauvé!

Les tours vont donc s’alterner en suivant ce processus, auquel viendront se greffer les cartes tactiques mentionnées plus haut. Elles permettront de donner un petit boost d’attaque, de défense ou des choses plus originales comme contrer la carte que vient de jouer votre adversaire.

Les cavaliers Stark ont déjà subi une perte, mais les Lannister ont du effectuer un repli pour éviter d’être pris en tenaille.

La dimension tactique supplémentaire

La petite chose en plus dans le Trône de Fer, c’est la présence d’une dimension tactique distante. C’est à dire que pour symboliser les personnages de la série de romans qui n’interviennent jamais vraiment sur le champ de bataille mais qui pourtant ont une importance non négligeable sur leur déroulement (comme Cersei Lannister ou son frère Tyrion), un plateau annexe a été introduit dans le jeu. Il permet d’y placer ces personnages capitaux et de là ils peuvent influer sur le champ de bataille au travers de bonus/malus spécifiques qui peuvent véritablement retourner le cours de la partie.

Cersei et Catelyn à l’oeuvre, dans l’ombre.

Conclusion

On se retrouve au final avec un jeu de stratégie assez classique dans ses principes mais aidé par un certain nombre d’aspects pratiques (les règles concises et les cartes unités très bien conçues) et d’aspects tactiques (les cartes et le plateau stratégique des Personnages non-combattants). Il saura séduire les amateurs de la série (que ce soit les romans ou la série télé) ainsi que les stratèges aguerris par son design bien pensé et ses figurines de très bonne facture.

A l’heure où cet article est rédigé, des annonces ont été faites sur les factions sur le point d’être publiées pour étoffer le jeu et je suis très impatient de voir. On parle de Bolton, de Sauvageons ou de Tully, ainsi que de packs de héros supplémentaires. J’ai hâte!

Le Trône de Fer : le jeu de figurines est un jeu de Eric M. Lang et Michael Shinall, édité par Edge et distribué par Asmodée. C’est un jeu pour deux joueurs et plus, pour des parties d’une durée de 45-60 minutes.

Catégories
Toys

Laissez une réponse

*

*