Test jeu vidéo Steins;Gate
Jeux vidéo

Test jeu vidéo : Steins;Gate

Steins;Gate est une merveille mais comme toute merveille, il est difficilement approchable. Tout d’abord il n’est pas connu donc pourquoi acheter un jeu dont personne ne parle ? Ensuite il n’est pas facile d’accès : il vous faudra avoir soit une PS3 soit une PS Vita car il n’est disponible que sur ces plateformes en France ; ou trouvable sur iPad et Xbox 360 en version import. Dans tous les cas, le jeu est soit en Anglais soit en Japonais. Troisième et dernier soucis, il faut aimer lire, beaucoup lire !

Test jeu vidéo Steins;Gate

Steins;Gate est en effet un visual novel, cela signifie qu’il s’agit d’un roman interactif. J’ai déjà mentionné ce genre de jeu, un visual novel est un jeu principalement basé sur l’histoire où les dialogues se passent comme dans un manga / bande dessinée. Vous ne déplacez pas votre personnage, vous n’interagissez avec rien (ça dépend des jeux), vous lisez. En gros, c’est une bande dessinée numérique interactive.

C’est tout de même un jeu car vous allez quand même avoir un rôle dans le scénario. Ici vous incarnez un jeune homme, Rintaro Okabe, excentrique auto proclamé savant fou qui se fait appeler Kyoma Hooin. Il possède un appartement dans lequel il invente des trucs et des machins inutiles avec ses amis. Mayuri Shiina et Itaru Hashida sont aussi pour lui ses collègues / sous-fifres et les prend parfois un peu de haut. Un des aspects très intéressant de Steins;Gate est la personnalité de Rintaro qui est un vrai malade mental. Comme Minus, il croit vraiment qu’il va dominer le monde alors que sa plus grande invention est un micro-ondes que l’on peut démarrer avec son téléphone portable. En plus de cet égo démesuré, il se sent toujours en danger de mort, pour lui une organisation secrète veut sa peau. C’est plutôt drôle car parfois en plein milieu d’une conversation importante, il va couper la parole à tout le monde, s’isoler, prendre son téléphone portable et faire un espèce de rapport du style : “C’est moi. Oui, oui, on est resté discret. L’Organisation n’est pas au courant. Bien. Terminé. El Psy Congroo”. C’est tellement n’importe quoi que ça en devient drôle. Autre exemple what the fuck, Rintaro connait Luka Urushibara, un jeune homme très efféminé et très joli. Dans l’histoire, certaines femmes en sont même jalouses. Dans certains dialogues, Rintaro glousse et l’auteur du jeu nous montre les pensées du personnage de façon diégétique alors qu’une femme complimente Luka : “C’est un mec ! C’est un mec ! C’est un mec !”.

Test jeu vidéo Steins;Gate

L’écriture des personnages et principalement celui de Rintaro n’est pas la seule réussite de Steins;Gate car il s’agit peut-être du jeu vidéo parlant le mieux de voyage dans le temps. C’est bien simple, vous allez lire des tonnes de références et de théories sur ce phénomène comme jamais. Après ça, vous pourrez vous la raconter en soirée car vous connaitrez toutes les théories folles sur le voyage dans le temps. Voici une théorie plutôt intéressante qui m’a scotché : savez-vous que même si le voyage dans le temps était possible, il manque un élément important que tout le monde oublie ? En gros chaque voyage sera loupé si on ne règle pas une chose, savez-vous quoi ? Alors ? Bon … Le déplacement dans l’espace est le chainon manquant. Si je décide de voyager une semaine en arrière, à l’exact même endroit – ok ce serait bizarre car 2 moi ce serait la fin du monde avec mes blagues de merde – cet endroit aura bougé car la Terre tourne sur elle-même, a Terre tourne aussi autour du soleil et d’autres trucs bougent dans la galaxie. Vous voyez le problème ? Si non, c’est très simple : il y a une semaine, la planète n’était pas aux mêmes coordonnées dans notre univers, vous réapparaitrez donc dans le vide spatial, une autre planète, une étoile, ou autre. Pas glop.

Test jeu vidéo Steins;Gate

L’Organisation existe-t-elle finalement ? Exemple d’interaction avec le téléphone

Comme je le disais, Steins;Gate est basé sur une grande histoire en rapport avec le voyage dans le temps. Rintaro va se retrouver confronté à un truc dingue : il va rencontrer, sur internet, John Titor, un homme qui se dit arriver de 2036. Il avertit les gens que le CERN (Conseil Européen pour la Recherche Nucléaire, transformé en SERN dans le jeu surement pour ne pas avoir de soucis juridique) va assouvir la population et la contrôler grâce au voyage dans le temps, dans un futur proche. Cet homme est là pour les arrêter et demande de l’aide sur internet #facepalm. Et cet idiot demande de l’aide sur un forum #doublefacepalm. On sait comment sont les forums de nos jours : les trolls sont nombreux et personne ne le croit sauf Rintaro. Va suivre une aventure folle où des hommes menacent notre équipe d’inventeurs ratés mais pas si ratés que ça car il s’agit peut-être de ceux qui ont créé la première machine à voyager dans le temps ! Ce n’est pas tout car il s’agit aussi d’une grande histoire d’amour. Pas le truc à l’eau de rose mais l’amour que l’on a, qui nous ferait faire n’importe quoi pour une personne. Rintaro va disjoncter (et franchement je le comprends) et tout tenter pour faire un être proche. Son dévouement, sa passion et son sacrifice sont éprouvants pour le joueur à tel point qu’on en ressent une profonde compassion et tristesse en rapport avec son histoire. Certains moments sont très durs.

Test jeu vidéo Steins;Gate

Une bonne partie des héros et héroïnes du jeu

Dans un visual novel, le joueur n’est pas toujours maitre de son destin. Heureusement le genre a vite évolué pour nous proposer d’interagir avec l’histoire. Dans Steins;Gate, la seule connexion avec le scénario est votre téléphone portable. Pas le vrai, celui dans le jeu. De temps en temps Rintaro reçoit des appels ou des mails. À vous de répondre ou pas, et de choisir vos réponses. Avec ce principe simple, l’histoire peut varier. C’est assez bizarre car si vous êtes comme moi et avez découvert le jeu un peu à l’arrache, vous ne saviez pas que ces choix régissaient votre destinée. Personnellement j’ai terminé le jeu en presque 23 heures (oui oui 23 heures de lecture !) et à aucun moment j’ai senti que mes réponses changeaient quoi que ce soit. Et quand on va voir des solutions a posteriori, on se rend compte que pour attendre la vraie bonne fin c’est le parcours du combattant, impossible à atteindre sauf avoir une chance monstrueuse. Un conseil, si vous atteignez cette fin sans tricher, sortez de chez vous et foncez faire une loterie directement ! Cela pourrait être interprété comme un point négatif mais il s’agit surement de la meilleure des choses qui puisse arriver à un jeu car comme je le disais, jamais je n’ai senti mes choix me faire changer de voie, preuve que l’histoire est magnifiquement bien écrite (pas comme The Walking Dead où on remarque rapidement les carottes).

Test jeu vidéo Steins;Gate

Les phrases typiques (et drôles) de Rintaro …

Trailer de l’anime (adapté parfaitement du jeu, qui présente très bien le pitch), traduit en Français :

Test réalisé sur PS Vita avec une version commerciale française (textes en Anglais, voix en Japonais). Jeu terminé en environ 23 heures. Captures d’écran réalisés à partir de la PS Vita.

Test jeu vidéo Steins;Gate

Avec toutes ces théories de voyage dans le temps, vous pourrez vous la raconter dans les soirées du CNRS

Catégories
Jeux vidéo

Élevé à la sauce PlayStation, Thomas est un gamer touche à tout mais qui joue toujours à des anciens titres. Il partage cette passion depuis 2008 et est passé par toutes les cases, du blog à Dailymotion et même la radio pendant 4 ans. Il tente maintenant de faire découvrir ce milieu au plus grand nombre via TechArtGeek ou via des vidéos sur YouTube ou Twitch.

Laissez une réponse

*

*