Jeux de plateau

Carta Impera Victoria : la review

Carta Impera Victoria : empire de cartes

Carta Impera Victoria

Si je vous dit “jeu de civilisation”, vous me dites Through The Ages, Clash of Culture, Sid Meier’s Civilization ou bien encore Deus, bref du gros jeu, avec plein de matos et des parties plutôt longues. Et bien aujourd’hui je vous propose un jeu de civilisation qui se joue en 20 minutes top chrono, installation comprise, et ce jeu c’est CIV, Carta Impera Victoria.

Le point matos.

Carta Impera Victoria est une belle petite boite au format original avec à l’intérieur, CIV (104) cartes, 4 plateaux perso qui servent d’aide de jeu et 1 pièce en métal “majorité en Art”, rien de plus. tout est bien rangé dans un termo impeccable et très pratique. La qualité des cartes est très bonne tout comme les illustrations qui ont un style très particulier, et qui font leurs petits effets, et sont signées Christophe Matt.

Comment ça se joue ?

La mise ne place est simple, les cartes sont divisées en 3 ages, il suffit donc d’empiler les 3 paquets les uns par dessus les autres, de manière à commencer à jouer avec le premier âge. Ensuite chaque joueur reçoit 3 cartes, on peut aussi faire ça en tour de Draft, c’est à vous de voir, et la partie peut commencer.

A votre tour vous devez suivre les 3 étapes suivantes :

  • Jouer une carte (obligatoire) : vous choisissez une carte de votre main et vous la jouer devant vous, dans votre plan.
  • Déclencher les effets (facultatif) : il y a 2 types d’effets, les permanents et les sacrifices. Pour pouvoir activer un pouvoir permanent, il faut avoir un certain nombre de cartes du même type, tout dépend du nombre de joueur, à 4 joueurs il faut 2 cartes du même type. A partir de ce moment là, à chaque tour, vous pourrez activer le pouvoir permanent de ce type de carte. Il y a 6 domaines différents, les Militaires, qui permettent de défausser 1 carte de votre main, la Religion qui permet d’augmenter la taille de sa main, l’Économie qui permet de défausser une carte pour en jouer une autre, la Science qui permet d’échanger une carte de sa main avec une de son plan, l’Utopie qui permet de prendre une carte dans la défausse, et enfin l’Art qui permet si on est majoritaire, de copier l’effet d’un autre joueur. Les effets de sacrifices vous demandes de sacrifier une carte de votre plan pour activer son pouvoir, ces effets poussent à l’interaction, et permettent donc de mettre des bâtons dans les roues des autres joueurs, ce qui peut être intéressant et oblige les autres joueurs à changer leurs stratégies.
  • Compléter sa main (obligatoire) : piochez des cartes jusqu’à votre limite de main, qui de base est à 3, mais peut varier avec l’effet du domaine de religion.

Carta Impera Victoria

La partie peut prendre fin de 2 manières différentes :

  • Hégémonie : un des joueurs possede 7 cartes du même domaine dans son plan, et la il gagne immédiatement la partie.
  • Majorité : si la pioche est épuisée, la partie prend fin, pour chaque domaine, le joueur qui possede le plus de carte de ce domaine dans son plan marque un point. Le joueur qui totalise le plus de point gagne donc la partie.

Alors du coup ça dit quoi ?

Carta Impera Victoria

CIV est un bon petit jeu, malin, simple, subtile avec ce qu’il faut de “pan dans tes dents”. Non on ne contrôle pas tout, le hasard de la pioche peut favoriser certains joueurs, à vous par la suite d’utiliser les pouvoirs des différentes domaines afin de vous dépatouiller et sortir votre épingle du jeu.

CIV apporte donc un peu de fraicheur et de légèreté dans les jeux de civilisation, et c’est plutôt plaisant d’avoir un petit de la sorte à emmener partout, donc merci les Ludonautes !!

Carta Impera Victoria est un jeu de Rémi Amy, édité par Ludonautes et distribué par Asmodée, pour 2 à 4 joueurs, pour des parties de 20 minutes.

Catégories
Jeux de plateau

Musicien, dessinateur, animateur socio culturel, fan de séries américaine et de BD, je suis tombé dans un jeu de plateau il y a 5 ans de cela, depuis je passe mon temps à lire des règles de jeu et à faire jouer tout mon entourage. Je vis ma passion à fond, et j'essaie du mieux que je le peux, de partager ma passion du jeu avec le plus grand nombre, c'est à dire avec vous.

Laissez une réponse

*

*