GA18-Copyright-ClémentGrosdenier (1)
Jeux vidéo

Mes premiers pas dans la Gamers Assembly, découverte de l’édition 2018

Alors que certains joueurs et joueuses ont peut-être encore du mal de se remettre de leur week-end intensif de jeu vidéo, il est l’heure de faire le bilan. Depuis l’an de grâce 2000, la Gamers Assembly rassemble des centaines de personnes durant un long week-end de compétition au tout début du printemps. Les portes se sont de plus en en plus ouvertes au public afin de proposer un réel festival du jeu vidéo dans toutes ses formes, tout en gardant sa dimension compétitive qui fait la renommée de la GA. Si certains titres sont malheureusement boudés par les grandes équipes (je pense surtout à Counter Strike) pour diverses raisons, ce week-end de Pâques fut l’occasion de découvrir cet événement, de rencontrer des personnes très sympathiques, de tester des jeux et surtout de voir de belles finales.

C’est quoi la GA ?

La Gamers Assembly, ou GA pour les habitués, est avant tout trois jours où des joueuses et joueurs de tout horizon se rencontrent pour déterminer qui sera le plus fort et gagner des lots. Cette LAN est plutôt renommée en France et regroupe des centaines de compétiteurs depuis 19 éditions. Cette année, la GA a accueilli un peu plus de 2000 esportifs et presque 24000 visiteurs, un record pour cet événement qui a lieu à Poitiers.

GA18-Credits-AurelienMignerat (3)

Crédits : Aurélien Mignerat

Pour la rigolade, on peut aussi lire dans le communiqué que ces trois jours ont hébergé 18 tournois, distribué 76500 euros de cashprize (de l’argent quand on gagne), été numéro 1 en Trending Topic le samedi de 14h30 à 18h00 sur Twitter. On sait aussi que cette communauté sait se faire plaisir en mangeant bien et parfois sans se soucier de la santé – le gras c’est la vie ! Je suis pareil, je ne juge pas ! – parce que 5609 sandwichs, 1425 pizzas, 2200 burgers, 700 kilos de frites, 450 crêpes, 8000 canettes de soda et 5250 Monster ont été engloutis !

Blague mise à part, la GA c’est deux grands halls du Parc des Expositions qui accueillent des tonnes de PC interconnectés. On y trouve aussi des petites scènes présentant des compétitions sur des titres comme League of Legends ou Fortnite. Pour mieux profiter du spectacle, un grand hall circulaire était utilisé à côté et celui-ci rassemblait deux grandes scènes pour les finales et une grande partie pour le public avec des jeux en libre-service et des animations.

Mais qu’est-ce que je foutais à la GA ?

Dimanche matin, alors que les yeux sont rouges à cause de la fatigue et des écrans et les mines étaient pales, les compétitions allaient reprendre doucement. Alors que la plupart des personnes ont dormi sur place, le rythme effréné des matchs allait reprendre son cours. Je me dirigeais vers la zone publique pour profiter des premiers instants avant l’influence du public. J’allais attendre l’après-midi pour profiter pleinement des retransmissions sur la grande scène des finales CS:GO, Dragon Ball FighterZ ou celle du cosplay JV. Je ne savais pas si l’ambiance serait aussi folle que lors du Trophée des seniors, une compétition sur Wii Bowling par des seniors ! Un truc de malade tellement c’était génial ! On verra pour le reste de la journée…

GA18-Credits-OlivierRedonnet (17)

Crédits : Olivier Redonnet

Je ne connais quasiment rien au monde de l’esport – j’ai quelques notions sur Counter Strike car j’ai un ami joueur et on en parle parfois – vous vous doutez que j’allais principalement à la GA pour découvrir des jeux vidéo indépendants. Et oui il y avait un pôle indé ! Vous avez peut-être déjà écouté l’interview des développeurs de CHOP mais sachez que d’autres articles arriveront. À part cela, ce week-end m’a permis de découvrir une ambiance bonne enfant et tranquille avec des allées où l’on peut se balader sans être coincé ni se prendre la tête, loin de la folie parisienne ou allemande. On peut discuter aisément avec tout le monde, on attend quelques minutes avant d’avoir une place et surtout il y a beaucoup de place pour profiter de la grande scène et des finales.

Petit retour sur les compétitions

S’il est impossible de tout suivre parce qu’on prend son temps pour discuter avec des développeurs qui présentent leur jeu – le monde ne va pas s’arrêter pour vos beaux yeux ! – j’ai pu voir quelques rounds de la finale de Counter Strike: Global Offensive. Espérant voir celle de FighterZ, celle sur CS avait pris du retard à cause de problèmes techniques mais ça arrive… C’est donc l’équipe Minlata qui a gagné le match et c’était plutôt serré ! Minlata est une team montée pour l’occasion, un mix comme on dit dans le milieu, des potes de plusieurs équipes qui se sont regroupés pour l’occasion. Bravo à eux !

GA18-Credits-RomainRobe (26)

Crédits : Romain Robe

Voici le reste des gagnants d’après la liste disponible sur le site officiel :

  • Tournoi “Silver Geek” : Geneviève et Marie – CSC le Pertuis de la Rochelle
  • Counter-Strike: Global Offensive : Minlata
  • League of Legends : Gamers Origin
  • OMEN by HP Overwatch Trophy : orKs Grand Poitiers
  • Hearthstone : GroSSo
  • Trophée Rainbow 6 Siege (PC) : Team Vitality
  • Rainbow 6 Siege (Xbox One) : Wanted OpFox
  • Playerunknown’s Battleground : Seek Last
  • Shadow Trophy Fortnite : Oserv
  • Starcraft 2 : DnS
  • Trackmania Stadium : GO Pac
  • Trackmania FullSpeed : *aAa* KiD
  • Trackmania Canyon : Quentin43
  • Trackmania Dirt : GO Papou
  • Krosmaga : D2DR-Artanys
  • Rocket League : Exalty
  • Street Fighter V Nacon Trophy – 1 vs 1 : Shenzo
  • Street Fighter V Nacon Trophy – 3 vs 3 : Nice Ecran
  • Super Smash Bros : Griffith
  • Dragon Ball FighterZ Nacon Trophy : WhiterBl4ck
GA18-Credits-OlivierRedonnet (42)

Crédits : Olivier Redonnet

Des liens vers les pages des vainqueurs sont disponibles sur le lien donné précédemment. De plus, je parlerai des concours de cosplay dans un article à part. On remarque aussi que l’équipe qui a gagné le tournoi sur Overwatch porte le nom de la ville de Poitiers. En effet les orKs est la première structure française à être totalement suivie par une métropole et non une structure classique comme LDLC, aAa ou les très récentes équipes comme le PSG ou autre. On verra si d’autres villes suivront le pas mais c’est une bonne chose pour l’esport français et peut-être une bonne voie pour avoir de vraies équipes de France gérées par une fédération. Je croise les doigts.

Go à la GA 2019 ou pas ?

 

GA18-Credits-OlivierRedonnet (36)

Crédits : Olivier Redonnet

Si je n’ai rien de prévu de plus important durant ce week-end : oui ! Définitivement oui ! Cette édition était une réelle découverte et j’ai été agréablement surpris. On ne se marche pas dessus et il y a de quoi faire, voir et s’amuser sur deux ou trois jours (le dernier jour est un peu plus tranquille). Pour ce qui m’intéresse principalement, le pôle des jeux vidéo indépendants n’est pas très grand mais qualitatif, on peut donc découvrir les titres sans pression. On peut même discuter tranquillement avec les créateurs et même faire quelques interviews audio sans pression. Ce qui est sûr c’est que si je reviens l’année prochaine, je m’organiserai mieux pour couvrir plus de compétitions et pour prendre plus de photos car j’ai tendance à visiter tranquillement et prendre mes repères le premier jour. Ça m’a donné envie de couvrir plus d’événements de ce genre et presque de suivre plus sérieusement l’esport. Mais bon je sais très bien que je n’aurai surement jamais le temps mais je vais faire un effort. Je peux vous conseiller d’aller voir des sites qui font cela très bien comme Millenium ou d’autres.

Je vous conseille fortement de vous intéresser à la Gamers Assembly ! Rendez-vous l’année prochaine !

Site officiel : https://festival.gamers-assembly.net

Mes photos pour finir

Catégories
Jeux vidéo

Élevé à la sauce PlayStation, Thomas est un gamer touche à tout mais qui joue toujours à des anciens titres. Il partage cette passion depuis 2008 et est passé par toutes les cases, du blog à Dailymotion et même la radio pendant 4 ans. Il tente maintenant de faire découvrir ce milieu au plus grand nombre via TechArtGeek ou via des vidéos sur YouTube ou Twitch.

Laissez une réponse

*

*