Rising Sun
Jeux de plateau

Rising Sun : la review

Rising Sun : sang et honneur !

Rising Sun

“Revenus du Monde Souterrain, les grands Kamis de jadis sont mécontents de la façon dont le shogun actuel gère les affaires de l’Empire. Au début du printemps de la grande Nouvelle Année, les Kamis ont rassemblé leurs clans sacrés en leur confiant une unique quête : reconquérir les terres de Nippon et restaurer leurs traditions d’honneur et de spiritualité.

Fièrement ancrés dans leurs propres coutumes, les clans ont chacun leur vision de ce grand retour et doivent mener une impitoyable guerre diplomatique qui s’est propagée dans les huit provinces. Des alliances doivent être forgées, la trahison est inévitable et l’honneur est devenu une valeur fluctuante. Il est indispensable de négocier des mandats politiques car des guerres dévastatrices vont éclater. Chaque victoire est le fruit du talent, de l’expérience et de tractations habiles.

Seul un clan remportera la victoire lorsque viendra l’hiver.

Vous êtes l’honorable Shogun à la tete de ces grands clans. Possédez vous la force de l’honneur, la vertu, l’esprit et la maitrise de l’acier indispensables pour accomplir cette ancienne promesse ?”

C’est en ce 27 avril 2018 qu’arrive en boutique Rising Sun, la dernière très grosse boite signée Eric Lang, le dernier très gros jeu étant l’excellent Blood Rage, je dois dire que je l’attendais de pied ferme celui ci, espérons que je ne sois pas déçu.

Le point matos.

 

Comme je l’ai dit déjà plus haut, c’est une très grosse boite, donc forcement ça annonce souvent du très lourd, nous avons dans cette boite, un énorme plateau de jeu, 5 paravents de Clan, plus d’une quarantaine de tuiles, plus de 60 cartes, des pions, des pièces en plastique, et des figurines ! 58 figurines dans cette boite, c’est pas énorme me direz vous, non c’est clair, mais la qualité des figurines est assez exceptionnelle, elles sont ultra détaillées, et les figurines monstres sont absolument énorme, Blood Rage avait placé la barre très haute, mais là on est encore un cran au dessus, c’est juste magnifique. Bon les illustrations sont signées Adrian Smith, un illustrateur qui a beaucoup bossé pour Game Workshop, donc forcement on a pas affaire à un petit joueur, c’est d’une beauté sans nom.

Comment ça se joue ?

Rising Sun

Une partie de Rising Sun se joue en 3 manches, 1 manches étant une saison. Une saison se compose de 5 phases bien distinctes :

  • Mise en place saisonnière : Sur le plateau de jeu vous allez placer autant de tuile province en guerre + 2 que le nombre de joueur, cela indiquera pour cette saison les provinces qui seront en guerre. Il faudra ensuite placer les cartes de saison, ces cartes pourront être achetées plus tard dans le jeu, et vous apporteront certains avantages. Chaque joueur recevra ensuite son revenu saisonnier, chaque clan a son propre revenu. Et pour finir, s’il y a eu des otages durant la saison précédente, il devront être libérés.
  • La cérémonie du Thé : la cérémonie du Thé est une phase centrale dans le jeu, puisque c’est la que vous allez pouvoir forger des alliances, vous allez promettre des choses, élaborer des stratégies avec certains, pour essayer d’aller loin dans le jeu. Les alliances ne sont pas éternelles, et peuvent être défaites comme bon vous semble. Au delà du fait qu’une alliance vous permet de rester en vie lors de certains combats, elles vous apportent certains avantages lors de la phase de politique.
  • Phase de politique : durant cette phase, le joueur ayant le plus d’honneur débute et prend les 4 premières tuiles mandat, il en choisit une et la pose sur le premier emplacement de la piste des mandats. Tout le monde pourra effectuer l’action du mandat. 3 mandats vont être jouer, ensuite ce sera le tour des kamis, ensuite 2 mandats seront joués, ce sera encore le tour des kami … il suffit de suivre la piste des mandats jusqu’à la phase de guerre. Les mandats ont plusieurs effets, comme le recrutement, la mobilisation (pour déplacer des figurines), l’entrainement (pour acheter des cartes saison), la moisson (pour récolter de l’argent), et la trahison (qui permet de tuer des figurines sur le plateau et de défaire des alliances). Lorsqu’un mandat recrutement est joué il est possible d’envoyer des Shintos dans les sanctuaires, et c’est lors du tour des Kamis, que l’on va pouvoir bénéficier des effets des sanctuaires, si un joueur est majoritaire sur un sanctuaire, il gagne la récompense de ce sanctuaire.
  • Phase de guerre : c’est à ce moment que vous allez livrer bataille, on va donc suivre la piste de province en guerre, et regarder dans quelle province vont avoir lieu les affrontements. Si dans cette province il n’y a personne, et bien la tuile est défaussée et il ne se passe rien. S’il y a juste un Clan présent, et bien ce Clan remporte la tuile province en guerre. Si 2 Clans alliés sont dans cette province, le plus fort en nombre gagne la tuile, et l’autre Clan a juste le droit de rester en vie, et c’est deja pas mal. Par contre si 2 Clans non alliés se retrouvent dans cette province,  c’est la guerre, chaque joueur dispose derrière son paravent, d’une tuile “avantage de guerre”, les joueurs vont secrètement miser des pièces sur un ou plusieurs avantages de guerre, et il faudra révéler les mise pour savoir qui l’emporte. Les avantages de guerre se résolvent dans l’ordre, il y a d’abord le Seppuku, le joueur qui remporte le Seppuku doit tuer toutes ses figurines dans la provinces, gagnant ainsi autant de points de victoire que de figurines tuées. La prise d’otage permet de prendre en otage une figurine adverse présente dans la province et de voler un point de victoire à l’adversaire. Cela permet de réduire la force d’un joueur dans la province en guerre. Enrôler des Ronins permet de mettre en jeu des Ronins qui seront ajouter à la force d’un clan dans la province. Ensuite on achève la bataille, on regarde quel joueur est majoritaire dans la province, et ce joueur remporte le combat, tue toutes les autres figurines, et doit donner les pièces misées précédemment aux perdants. Et en dernier le joueur qui a misé le plus sur les “Poètes Impériaux” gagnera autant de points de victoire que de figurines tuées. On procède ainsi pour chaque province en guerre.
  • Nettoyage saisonnier : tout les joueurs doivent défausser leurs pièces et leurs jetons Ronin, récupérer les Shintos placés dans les sanctuaires, et vider la piste des mandats, pour recommencer.

Rising Sun

La partie prend fin à la fin de la 3ème saison, à la fin de l’hiver, certaines cartes saisons rapportent des points de victoire de fin de partie, et les joueurs vont gagner des points de victoire suivant le nombre de tuile “province en guerre” qu’ils possèdent. Le joueur avec le plus de point de victoire remporte donc la partie.

Alors du coup ça dit quoi ?

Rising Sun est un jeu riche, à tout point de vue, du matériel, de la mécanique, de l’univers, de la thématique, c’est absolument dingue d’avoir réussit à intégrer autant le thème à la mécanique. La mécanique peut faire peur à l’explication, même à la lecture, mais le jeu est très fluide, tout se fait très vite, et de manière presque naturel. Seul petit bémol, il faut énormément de place pour y jouer, le plateau est énorme, et c’est pas simple de le sortir quand on a une table ronde.

Rising Sun

Rising Sun est donc un excellent jeu, je n’ai qu’une envie c’est d’en refaire une partie, on y retrouve la style Eric Lang, les joueurs de Blood Rage ne seront pas dépaysè, et ça fait tellement de bien de joueur à un jeu d’affrontement sans sortir des dés et y mettre de l’aléatoire. Donc oui c’est encore une fois un investissement, le jeu vaut cher mais vu la qualité du jeu et de son matériel, ca les vaut largement.

Rising Sun est un jeu de Eric M.Lang, édité par Edge et distribué par Asmodée, pour 3 à 5 joueurs, pour des parties de 90 à 120 minutes.

 

Catégories
Jeux de plateau

Musicien, dessinateur, animateur socio culturel, fan de séries américaine et de BD, je suis tombé dans un jeu de plateau il y a 5 ans de cela, depuis je passe mon temps à lire des règles de jeu et à faire jouer tout mon entourage. Je vis ma passion à fond, et j'essaie du mieux que je le peux, de partager ma passion du jeu avec le plus grand nombre, c'est à dire avec vous.

Laissez une réponse

*

*