Clash of Deck
Jeux de plateau

Clash of Deck : la review

Clash of Deck : du rififi chez les Seigneurs-Sorciers

Clash of Deck

“Vous êtes un Seigneur-Sorcier survivant de l’Archipel d’Erret. C’est un territoire ou des centaines d’iles sont reliées les unes aux autres par d’immense ponts. Les ponts faisaient autrefois la grandeur et la prospérité de l’Archipel et permettaient au commerce d’être florissant entre les iles. Les richesses de l’Archipel qui transitaient uniquement par ces ponts offraient a tous les habitants une vie de confort et d’insouciance.

Mais aujourd’hui la surpopulation, l’épuisement des ressources naturelles et la cupidité aveugle des Seigneurs-Sorciers ont créé un déséquilibre cataclysmique dans l’Archipel d’Erret. Il n’y a plus un jour qui passe sans que la terre ne se déchire et sans que les eaux ne viennent engloutir les iles les plus fragiles. Les Seigneurs-Sorciers s’affrontent désormais pour prendre le contrôle des iles les plus hautes et les plus sures de l’Archipel.

Pour survivre en ces lieux hostiles, vous devez traverser les ponts et combattre les autres Seigneurs-Sorciers pour vous emparer de leurs terres.”

Un jour tu reçois une petite enveloppe, avec des feuilles et des cartes à découper, une boite à assembler. J’ai donc entre les mains un petit jeu de cartes évolutif, tous les mois une nouvelle extension sera proposée, ce qui permettra d’ajouter de nouvelles mécaniques, et de prolonger la rejouabilité.

Le point matos.

Clash of Deck

Comme je l’expliquais plus haut, le jeu est composé de 4 volets, qui comprend20 cartes, une boite de rangement, une règle de jeu et une aide de jeu. Cela va vous demander un peu de préparation, de minutie et de patience pour bien tout découper, et pour assembler la boite. Les illustrations sont vraiment très réussis, chaque cartes est unique et a donc sa propre illustration, mais aucun nom n’apparait nul part, donc bravo à lui quand même.

Comment ça se joue ?

La mise en place est simple, on place les 2 ponts au centre de la table, chaque jouer reçoit une carte Château Fort. Ensuite on mélange les cartes, on dispose 4 cartes sur la table, le premier joueur en choisit une, l’autre en prend 2, et le premier joueur prend la carte qui reste. On répète cette opération jusqu’à ce que les 2 joueurs aient 8 cartes en main.

Chaque joueur a donc sa main pour la partie, et place la carte Château fort/tour de guet à l’extrémité gauche de leur main.

Clash of Deck

Un tour de jeu se fait en 3 phases :

  • Régénération de mana : le joueur actif a autant de mana que de cartes en main, carte Château Fort comprise. la Mana représente la monnaie du jeu et permet de payer le cout des cartes.
  • Invocation : durant cette phase vous allez jouer des cartes de votre main, mais attention, vous ne pouvez jouer que les 4 cartes les plus à gauche de votre main, sans compter la carte Château fort. Pour jouer ces cartes vous allez utiliser votre mana pour payer le coût des cartes. Lorsque vous jouez une carte, vous devez la poser devant un des 2 ponts, de son coté.
  • Assaut : une unité (une carte) ne peut être activer pendant le tour ou elle arrive en jeu. Chaque carte possede une valeur d’attaque et une valeur de point de vie. Les unités sont activées en commençant par la ligne (pont) du haut, et avec l’unité la plus proche du pont en premier. Pour détruire une unité il faut lui infliger autant de dégâts que sa valeur de PV, sinon l’unité récupère ses PV à la fin du tour. Une unité détruite retourne dans la main de son propriétaire, à l’extrémité droite de sa main. Lorsque qu’une unité attaque et que l’adversaire n’a pas d’unité en jeu, c’est sa tour de guet qui est touché, la carte tour de guet est donc décalée d’autant de place que de blessure. Lorsque cette carte arrive à l’extrémité droite de la main d’un joueur, elle revient à l’extrémité gauche coté Château Fort , et si elle arrive encore une fois à l’extrémité droite, vous perdez la partie.

Clash of Deck

Alors du coup ça dit quoi ?

Clash of Deck est un petit jeu de cartes, d’affrontement, qui rappel dans sa mécanique des appli comme Hearthstone, avec des unités qui ne peuvent être activées durant le tour ou elles ont été posées. Cette mécanique impose des choix, et de prendre en compte ce que l’adversaire a posé, si on ne veut pas voir son unité détruite avant même d’avoir été activée.

Clash of Deck propose donc un jeu de carte évolutif, qui prendra de l’ampleur au fur et à mesure des sorties, la mécanique est simple et les tours sont rapide, bien que les choix peuvent être parfois compliqués. Le coté DIY est plutôt sympa et audacieux, ça fera rager surement les moins patient d’entre nous, mais moi j’ai trouvé ça vraiment cool. En plus la boite est toute petite et on peut l’emmener partout, il faudra quand même faire attention car plus c’est petit, plus c’est fragile.

Clash of Deck

Clash of Deck est un jeu de Léandre Proust, édité par Grames Edition, pour 2 joueurs, pour des parties de 15 minutes.

 

 

Catégories
Jeux de plateau

Musicien, dessinateur, animateur socio culturel, fan de séries américaine et de BD, je suis tombé dans un jeu de plateau il y a 5 ans de cela, depuis je passe mon temps à lire des règles de jeu et à faire jouer tout mon entourage. Je vis ma passion à fond, et j'essaie du mieux que je le peux, de partager ma passion du jeu avec le plus grand nombre, c'est à dire avec vous.
2 Commentaires sur cet article
  • Johnlanders
    26 mai 2020 at 22 h 05 min
    Laissez une réponse

    Le jeu à l’air sympa mais ce qui me choque c’est que la toute les petites icônes sur les cartes sont directement pompé des icone de compétences de Warcraft III et World of Warcraft. C’est très fainéant et sûrement une infraction sur les cpyright.

    • Gregz
      4 juin 2020 at 11 h 20 min
      Laissez une réponse

      Bonjour, et merci pour ton commentaire, jai contactė l’auteur qui m’a communiqué cette réponse : “Concernant Clash of Deck, les icônes ont été achetés en “Licence étendue” (droit a la commercialisation) au Studio REXAR sur le site GraphicRiver : https://graphicriver.net/item/skill-icon-pack/19577451
      J’espère que cela répond à ton questionnement.

    Laissez une réponse

    *

    *