Jeux de plateau

Daimyo : la review

Daimyo : précieuses reliques

daimyo

“Longtemps après la fin du temps des hommes, les quelques survivants de l’humanité se sont de nouveau approprié le monde sur les ruines des anciennes civilisations. Au sein de ‘l’archipel des Six, les clans vivent selon une réinterprétation absurde du Bushido. Vous incarnez un Daimyo, un chef de clan souhaitant devenir le nouvel empereur de cet archipel.

Pour cela, gagnez en popularité ! envoyez vos Gouverneurs influer sur les populations locales, méfiez vous des Ombres assassines, tandis que vos fouilleurs iront déterrer les reliques glorieuses de l’ancien temps. Emparez vous de cet archipel avec l’aide des nouveaux héros de ce monde !”

Alors oui j’ai mis beaucoup de temps à sortir cette review, et pour plusieurs raisons, la première étant que j’avais du mal à me mettre dans le jeu, vraiment, le plateau me faisait “peur”, car il est très fourni. Ensuite j’avais pleins d’autres jeux à traiter, et puis je m’y suis mis, d’abord tout seul histoire de bien tout comprendre et tout maitriser, et avec du monde par la suite. Donc voila, bien des mois après la réception de ce jeu, je vous livre ma review de Daimyo.

Le point matos.

daimyo

Il y a beaucoup de matos, un gros plateau de jeu recto verso, 4 plateaux clan, 8 mini plateaux construction, 140 éléments en bois (meeples, pions, marqueurs…), 13 dés, un sac en tissu, 52 cartes, et pleins de jetons et de tuiles, du coup ça pèse son poids. Coté illustration, c’est vraiment cool, la boite deja envoi du bois, clairement et le reste est du même niveau et c’est signé Dimitri Chappuis et Anthony Wolf.

Comment ça se joue ?

La mise en place est un peu longue, surtout sur la première partie, je vous conseille de bien organiser le rangement avec des sachets, histoire de gagner du temps.

Une partie de Daimyo se joue en 5 manches, et chaque manche est découpée en 3 phases :

  • Lancer les dés : le premier joueur lance les dés, le nombre de dés à lancer dépend du nombre de joueur. Les dés sont ensuite classés en colonne par valeur au milieu du plateau de jeu.
  • Tours des joueurs : en commençant par le premier joueur, chaque joueur va prendre un dés et l’assigner à une action de son plateau. La couleur du dés choisit doit correspondre avec la couleur de l’action. La valeur du dé n’a aucune incidence sur l’action, mais elle sera importante pour autre chose…Vous effectuez votre action, puis c’est au joueur suivant etc… une fois que tous les joueurs ont pris 3 dés, la manche s’arrête.
  • Fin de la manche : à la fin de la manche, on marque des points selon l’influence que les joueurs ont sur chaque ile, il y ensuite une phase de revenu qui est plus ou moins importante si vous avez ou pas, des tuiles bonus. Chaque joueur peut s’il le souhaite acheter des nouvelles cartes héro, qui viendront directement en main, c’est le coté deck building du jeu. On avance le marqueur de manche d’une case et on repart pour une manche.

daimyo

Donc oui c’est très résumé, mais c’est surtout aussi simple que ça. Voyons les actions en détail, il y en a 5 :

  • Aide des villageois : c’est l’action bleu, et elle permet d’augmenter la capacité de stockage des tuiles relique de 1, vous pouvez ensuite piocher une carte de votre deck et prendre le pion premier joueur, sauf s’il a deja été pris durant cette manche. Et ensuite vous pouvez activer une tuile villageois sur les 3 présentes. Ces tuiles permettent de gagner des ressources, de déplacer un gouverneur, de piocher des cartes…
  • La production : c’est l’action verte, et elle permet de récolter des ressources sur les lieux ou vous avez des gouverneurs et des techno-fermes.
  • Relique : c’est aussi une action verte, celle ci vous permet de fouiller le No Man’s Land. Vous déplacez votre fouilleur sur une autre ile pour prendre une tuile relique. Cette action est faite 2 fois. Ensuite vous pouvez payer une ressource pour défausser jusqu’à 2 tuiles du No Man’s Land où se trouve votre fouilleur, qui vont être mise au marché noir, et en remettre 2. Ensuite il possible d’acheter une tuile relique au marché noir pour 1 pièce. Le nombre de relique que vous possédez dépend de votre capacité de stockage, donc il faut bien gérer cela.
  • Recrutement : c’est l’action rouge. En début de partie vous avez 2 gouverneurs sur le plateau, il est possible d’en mettre jusqu’à 8 sur le plateau. Pour recruter il faut payer le coût en riz, et lorsque vous recrutez le marqueur de recrutement descend d’un cran, ce qui modifie le coût du prochain recrutement. Lorsque vous placez un gouverneur sur une ile, vous gagnez 2 points d’influence sur cette ile, et je rappelle que en fin de manche seuls les 2 joueurs ayant le plus d’influence gagnent des points. Il est aussi possible de recruter des ombres, les ombres font gagner des pièces selon l’emplacement choisit ou restant, elle vous fait gagner 1 points d’influence, et vous permet d’éliminer un gouverneur adverse, ce qui fait perdre 2 points d’influence au joueur concerné.
  • Construction : action rouge également, cette action vous permet de construire des techno-fermes ou des tours radio. Les Techno-fermes font gagner des ressources lors de l’action production, et les tours radio font gagner de l’influence. Sous chaque bâtiment il y a une tuile action bonus que vous pourrez assigner à votre plateau action. Cette action bonus sera donc déclenchée lorsque vous ferez l’action où se trouve cette tuile. Les bâtiments ont tous un coût de base, et plus vous construirez et plus cela coûtera chère, donc il faut bien gérer ces ressources.
  • Taxe : cette action n’a pas de couleur, donc vous pouvez y assigner n’importe quelle dé, et cette action permet de prendre 2 riz dans la réserve.

En plus des actions principales, il y a des actions bonus comme le pouvoir de votre clan qui est déclenché lorsque la valeur totale de vos dés est égale ou supérieur à 13, il y a celles de vos tuiles bonus. Et enfin il y a les cartes, les cartes peuvent être jouées avant ou après votre action principale. Une carte ne peut être jouée qui si la valeur des dés présents sur votre plateau correspond exactement à la valeur de la carte. Vous pouvez défausser des cartes héros de votre main, et chaque cartes défaussées permet de diminuer ou d’augmenter la valeur d’un dés de 1.

La partie prend donc fin à l’issu de la cinquième manche, et on compte les points. Il faut bien avoir en tête qu’en fin de partie, vous gagnez des points, en plus que ceux gagnés durant la partie, pour les reliques que vous avez reconstituez, pour les bâtiments construits, pour les cartes héros achetées. Plus vous en avez, plus vous gagnez de points, il faut donc prendre ça en compte dès le début de la partie. A l’issu de ce décompte, le joueur ayant le plus de points reporte bien sur la partie.

daimyo

 

Alors du coup ça dit quoi ?

Daimyo est un gros jeu de gestion de ressources, de conquête de territoire, de majorité, de deck building et de placement d’ouvriers, et oui ça fait beaucoup ! Et forcement, dis comme ça ça peut rebuter, un gros mélange de mécanique peut rendre un jeu indigeste, et pourtant non. Le jeu est hyper fluide, au bout de 2 tours de jeu, tout roule et on comprend très vite comment ça fonctionne. Car la grande richesse de Daimyo réside dans sa mécanique, qui consiste à prendre 1 dés et à le placer sur son plateau et c’est tout. Après bien sur le choix du dé est important, en fonction de ce que vous voulez faire, de ce que vous avez comme cartes en main, mais aussi de ce que vous laissez aux autres, car oui il faut aussi surveiller les autres.

Daimyo est un bon jeu, un excellent jeu même, un gros jeu qui demande de la gestion de tous les instants, entre les ressources pour construire, la nourriture pour recruter, l’argent pour acheter de nouveaux héros, prendre de l’influence, prendre des reliques… Votre cerveau n’aura pas trop de répit, mais la victoire n’en sera que plus belle. Daimyo n’est pas un jeu à mettre entre toutes les mains, même si en théorie il est simple, il demande un bon investissement, et une bonne connaissance du jeu, mais il est loin d’être inaccessible pour autant.

daimyo

Daimyo est un jeu de Jérémy Ducret, édité par La Boite de Jeu et distribué par Blackrock Games, pour 1 à 4 joueurs, pour des parties de 90 minutes.

Catégories
Jeux de plateau

Musicien, dessinateur, animateur socio culturel, fan de séries américaine et de BD, je suis tombé dans un jeu de plateau il y a 5 ans de cela, depuis je passe mon temps à lire des règles de jeu et à faire jouer tout mon entourage. Je vis ma passion à fond, et j'essaie du mieux que je le peux, de partager ma passion du jeu avec le plus grand nombre, c'est à dire avec vous.

Laissez une réponse

*

*