Xbox One X
Jeux vidéo

gamescom 2017 : passage chez Xbox et découverte de la Xbox One X

Pour le début de cette gamescom 2017, nous avons pu faire un tour chez Microsoft Xbox pour tester les jeux que l’on souhaitait. La zone était ouverte et réservée aux bons vouloirs des personnes invitées avec en bonus un accès à la nouvelle bête, la Xbox One X.

Cuphead fait tomber des têtes

C’est la dernière fois que Cuphead se montre à la gamescom, du moins dans sa version non finale car on connait sa date de sortie qui est fixée au 29 septembre prochain. Ce jeu a vu de nombreuses itérations passant d’un boss rush (enchaînement de boss comme Furi) à un jeu avec des phases plus allégées entre les gros combats. La démo présente en Allemagne proposait de se balader dans une sorte de parc d’attractions en vue de trois-quart afin de sélectionner les combats à partir de certains endroits.

On peut se demander ont sont passées ces moment plus simples car après quelques tests, seuls des boss étaient disponibles. Malgré ce léger détail, le jeu est toujours autant plaisant manette en mains, votre personnage répond instantanément et la direction artistique est toujours aussi folle. Le style années 30 apporté par StudioMDHR a un cachet unique qu’aucun jeu vidéo n’a réussi à créer jusqu’alors. Les animations sont éblouissantes, la bande son est un orgasme auditif, le jeu a toujours pour réussir sauf peut-être sa difficulté avancée qui en stopperait plus d’un. Un combat contre un boss peut être épuisant, c’est le but, mais comme tout monstre qui se respecte, il possède plusieurs patterns qu’il répète (des attaques bien définies et identifiables) à apprendre par cœur pour réussir à les esquiver. Prenons le cas du boss oiseau : quand il crache des œufs, il faut esquiver les coquilles qui s’éclatent après ; quand il lance des plumes, il les lance toujours de la même façon ; etc. Malgré le bordel ambiant d’un tel style de jeu, on ne peut qu’être admiratif du travail effectué, c’est magnifique de bout en bout.

Cuphead est un jeu d’apprentissage et de maîtrise de la zénitude. Si passer des heures face à des combats retors ne vous font pas peur, l’esthétique de Cuphead et son challenge seront vous ravir à coup sûr.

Dragon Ball FighterZ  casse des mâchoires

Si faire tomber des adversaires coriaces vous fait peur avec Cuphead, peut-être que s’attaquer à la célèbre licence de Toriyama vous attire plus. Quelques consoles tournant avec Dragon Ball FighterZ étaient disponibles sur le stand Xbox, l’occasion parfaite pour découvrir le prochain titre d’Arc System Works. Les trailers découverts durant l’E3 vendaient du rêve : le même visuel, le même son et le même feeling que l’animé arriveraient sur console. C’était trop beau pour être vrai jusqu’au moment où l’on a pu voir cela de nos propres yeux.

Dragon Ball FighterZ

Le roster actuel propose des personnages variés – il y a par exemple Son Goku, Trunks du futur, Piccolo,  Freezer, Vegeta, Krillin, Majin Boo ou C18 – ayant tous les caractéristiques et attaques que l’on connait, ce qui crée autant de façon de jouer différentes. L’affrontement s’articule autour d’un Tag Battle, c’est-à-dire trois combattants contre trois autres avec la possibilité de changer en cours de partie, ou de faire appel à un coéquipier pour taper plus fort ou se sortir d’une situation délicate. D’une manière générale, tous les héros se dirigent de la même façon avec un coup faible, un coup fort et quelques coups spéciaux communs ; on retrouve ensuite des attaques spécifiques à chacun souvent accessibles via des quarts de cercle.

Visuellement le jeu devrait officiellement devenir la huitième merveille du monde tellement c’est magnifique. On a tous eu envie un jour de voir un jeu Dragon Ball proche de l’animé et même si Xenoverse s’en approchait avec son cel shading prononcé, le prochain titre d’Arc Soft est le résultat d’un doux rêve humide d’otaku : on ne peut pas faire mieux car c’est parfait ! Couplé à des animations qui ont tellement de patate, on pourrait croire que l’écran céderait sous la pression et que la Xbox allait prendre feu sous les boules de ki qui remplissaient nos yeux. Quand le studio responsable de Guilty Gear et BlazBlue fait une lettre d’amour, il ne le fait pas à moitié.

Crackdown 3 casse des bonhommes par palettes

Cela faisait un moment que l’on n’avait plus entendu parler de Crackdown 3 et voila qu’il remontre sa bouille à l’E3. Il était donc logiquement jouable durant cette gamescom avec une démo d’une dizaine de minutes dans laquelle tous les coups étaient permis. Le jeu de Reagent Games peut se voir comme un savant mélange de Just Cause, de Far Cry 3: Blood Dragon et de Skyrim : un monde ouvert où l’on fait ce que l’on veut avec une ambiance années 90 et néons flashy, et votre personnage peut prendre des améliorations en fonction de ses actions à la manière du titre de Bethesda (plus vous utiliserez vos armes, mieux vous tirerez ; plus vous utiliserez vos poings, plus fort vous taperez ; et il en va de même pour la conduite et les armes de jet).

La portion testée à Cologne ne proposait pas grand chose à part dessouder tous les ennemis présents sur la carte et libérer certaines zones. Certainement loin du résultat final du point de vue du contenu, cette démo permettait tout de même de se faire une idée sur le feeling global du titre qui tire vers l’arcade pure. Si les blagues à outrance lors des combats ne sont pas l’aspect que vous recherchez, ce sera peut-être plus son côté fun et décérébré, comme l’a pu être Just Cause 3 en son temps, qui vous attirera. On l’a rapidement compris, Crackdown 3 devra proposer de l’action viscérale et instantanée pour réussir (ce qui est actuellement le cas) car ce n’est pas son level design trop générique ni sa promesse de terrain destructible aux abonnés absent de cette démo qui pousseront les gens à passer à la caisse le 7 novembre prochain.

La Xbox One X casse tous les codes

Au-delà des jeux, Microsoft dévoile cette année sa nouvelle console, la Xbox One X et elle était présente sur le salon. Alors que les précommandes de la console la plus puissante du marché affolaient Internet, la One X se laissait désirer dans la gamescom car il fallait passer par de nombreuses présentations, via plusieurs salles, avant de pouvoir réellement la tester. La première salle montrait la console et sa manette derrière un cube de verre alors que la seconde nous demandait de nous asseoir face à une vidéo promotionnelle très bien foutue du futur monstre de Microsoft. Gros regret de cette présentation, la promotion du Dolby Atmos, une technologie excitante de spatialisation du son compatible avec la console qui coûte tellement chère que seul un infime pourcentage de la population pourra se l’offrir.

Xbox One X

La console de Microsoft pouvait être testée sur plusieurs jeux compatibles comme Assassin’s Creed Origins, Rise of The Tomb Raider mais surtout Forza Motorsport 7 et pour l’avoir vu tourner, Turn 10 Studios est vraiment devenu l’entreprise qui crée des démos techniques pour Xbox. Forza 7 est tout bonnement magnifique avec des tellement de détails et une fluidité parfaite faisant de lui le plus beau jeu de course que je connaisse. J’irais presque même à dire qu’il s’agit l’un des plus beaux jeux que j’ai pu voir tout court car ayant un PC qui commence à vieillir j’ai du mal à faire tourner certains jeux récents en 1080p et 60 FPS.

Oui à 500€ et avec un design que je n’apprécie pas plus que ça (j’aurais aimé plus de folie), la Xbox One X est un peu chère mais elle sera parfaite pour apprécier le jeu vidéo dans des conditions optimales pour les personnes ne voulant pas ou plus s’embêter avec un PC.

Assassin’s Creed Origins ne casse pas des briques

J’ai presque envie de dire : “c’est un Assassin’s Creed quoi !” et m’arrêter là car cela fait un moment que la saga d’Ubisoft et moi sommes fâchés. Pendant l’épisode 3, j’ai saturé et malgré les différentes époques de l’humanité et certaines nouveautés (combat naval, grappin, etc.) je voyais toujours les mêmes choses à faire et mécaniques. Avec cet épisode Origins, on prend les mêmes et on recommence sauf que certaines choses ont radicalement changé : le parkour est simplifié, de même que l’exploration (entrer dans une nouvelle zone révèle ses secrets sur la carte) et les combats sont plus profonds alors que le nombre de touches à gérer a été réduit. À part cela, c’est toujours les mêmes missions avec la recherche d’objets dans des zones protégées, un soupçon d’infiltration, des assassinats discrets et des combats rapides et violents.

La Terre du Milieu : L’Ombre de la Guerre casse la croûte

Sousititre débile et peu inspiré car c’est le seul moment de la journée où j’ai eu le temps de manger, c’était à l’occasion d’une soirée privée Xbox FanFest et La Terre du Milieu : L’Ombre de la Guerre, le prochain titre de Warner Bros Games. Je n’ai malheureusement pas eu l’occasion de tester ce chouette titre à cause de mes mains occupées à manger un super burger et d’une foule assez enjouée et importante face à ce titre aux grandes promesses. Il reprend et améliore le système Nemesis de L’Ombre du Mordor – un système de hiérarchie puissante des forces ennemies – où j’ai pu voir un orque basique prendre la place de capitaine d’une forteresse après avoir battu le joueur à mort. Il conserve aussi son système de combat dynamique mixant rixes au corps à corps, armes à distance et pouvoirs de spectre. C’est très plaisant et très joli, si toutes les promesses sont là, nulle doute que ce jeu sera une réussite.

Conclusion

Faire le tour en un peu moins de deux heures pour parcourir le catalogue de la Xbox n’est pas chose aisée car je n’ai même pas eu l’occasion de voir les exclusivités comme Halo Wars 2 (je l’ai acheté, j’aurai donc l’occasion d’en parler plus tard) ou PlayerUnknown’s Battlegrounds, mais j’ai eu la possibilité de voir ce que la Xbox One X a dans le ventre et ce n’est pas de la poudre de perlimpinpin quand on voit le travail effectué avec Forza 7. Assassin’s Creed Origins est peut-être très joli et propre, cela reste encore un énième titre dans cette saga qui ne sait plus où elle va. L’autre exclusivité, Cuphead, vaut le coup de posséder une Xbox à défaut d’avoir un PC chez vous. Un bon bilan qui manque peut-être d’un très très gros jeu exclusif pour la fin d’année car même si PUBG est très bon et va attirer du monde, de même pour Cuphead et Forza Motorsport 7, pas sûr que Crackdown 3 arrive à transformer l’essai car il semble mis en retrait de même que certains titres comme Strange Brigade, l’accent étant mis sur la nouvelle console (ce qui peut se comprendre).

Quelques photos

Voici quelques photos du stand Xbox de la gamescom 2017.

Vidéo de Dragon Ball FighterZ

Vidéo prise par téléphone

 

Catégories
Jeux vidéo

Élevé à la sauce PlayStation, Thomas est un gamer touche à tout mais qui joue toujours à des anciens titres. Il partage cette passion depuis 2008 et est passé par toutes les cases, du blog à Dailymotion et même la radio pendant 4 ans. Il tente maintenant de faire découvrir ce milieu au plus grand nombre via TechArtGeek ou via des vidéos sur YouTube ou Twitch.

Laissez une réponse

*

*