corinth
Jeux de plateau

Corinth : la review

Corinth : des dés !!!

corinth

 

CORINTHE, IVe siècle avant Jésus-Christ. Sous un soleil de plomb, des marchands viennent des 4 coins de la mer Méditerranée pour vendre leurs marchandises : tapis de Perse, huile d’olive de Crête, raisin de Rome ou épices d’Égypte, autant de produits dont le luxe peut assurer la richesse des plus ambitieux…

Vous jouez l’un de ces marchands. Envoyez votre fidèle intendant au marché, livrez vos marchandises aux meilleures boutiques du port, faites construire les bâtiments qui vous aideront à vous développer et devenez le plus célèbre de vos pairs… Dans quelques semaines, on saura lequel d’entre vous restera dans les annales comme le meilleur marchand de Corinthe.”

Monsieur Sébastien Pauchon reprend son job d’auteur de jeu, il avait délaissé sa maison d’édition Games Works pour bosser avec les Space Cowboys, et n’avait pas sorti de jeux depuis un bon moment, on lui doit l’excellent Jaïpur, il a été co auteur sur Jamaica et dernièrement sur le très bon The River. Il revient donc avec un petit jeu, un jeu de dés, un Roll & Write dans le jargon ludique.

Le point matos.

corinth

Et bien en terme de matériel, c’est très léger, 12 dés, un petit plateau et bloc de jeu et c’est tout… même pas 4 crayons de papier, dommage mais bon. Les illustrations sont elles très réussies, c’est coloré, bien fait, ça fait très dessin animé, y a pas à dire c’est une boite qui attire l’œil, et c’est souvent le cas chez Days of Wonder, et elles sont signées Julio Cesar.

Comment ça se joue ?

Chaque joueur prend une feuille, se muni d’un stylo ou d’un crayon de papier, on place le plateau au centre, les dés à coté et c’est parti !

Lorsque c’est votre tour, vous commencez par cocher la case la plus à gauche de son compte tour, ensuite vous pouvez si vous le souhaitez acheter jusqu’à 3 dés jaune pour 1 pièce d’or chacun, sachant qu’au premier tour vous n’avez qu’une pièce, donc vous ne pourrez acheter qu’un dé jaune. Vous prenez tout les dés blanc et vous les lancez.

Il faut ensuite les trier par valeur, c’est l’approvisionnement, vous placez d’abord le ou les dés de plus haute valeur sur le quartier Or du port (plateau), et vous repartissez les autres dés par valeur en partant du bas en ordre croissant bien sur. Selon votre jet de dés, la valeur la plus basse ne sera pas forcement un 1, donc sur le quartier chèvre tout en bas du plateau, la valeur n’est pas toujours la même. C’est un truc important dans le jeu, comme il y a 6 quartier on a tendance à placer les dés machinalement en se disant les 2 sur la deuxième case, les 3 sur la troisième case … et bien ça ne marche pas ainsi.

Ensuite vous allez choisir un quartier et prendre les dés qui s’y trouvent. A partir de là vous avez 2 choix qui s’offrent à vous, soit vous cochez autant de symboles que de dés dans le quartier concerné sur votre feuille, soit vous déplacez l’intendant et en utilisant la valeur du groupe de dés (vous avez pris 3 dés de valeur 2, l’intendant avance de 3). Le joueur suivant va lui aussi prendre un groupe de dés, et le suivant jusqu’à ce que tout les joueurs aient pris des dés.

Cocher des symboles dans les quartiers rapportent des points, c’est du concret, ça fait aussi gagner de l’or, ou des chèvres, ce qui est utile mais j’en parlerais un peu plus loin. Avancer l’intendant, c’est plus complexe, car il permet de prendre des bonus, de cocher des symboles supplémentaires, de gagner des dés jaunes, mais on gagne le bonus de la case d’arriver que l’on entoure, et pas dans toutes les case où l’on passe. Déplacer l’intendant est aussi une manière de scorer un peu plus complexe, lorsque vous entourez la case de score de la piste de l’intendant, vous marquerez à l’intérieur autant de point que de symboles entourés, en comptant les +1 si vous en avez entouré. Lorsque vous entourerez une deuxième case de score, vous additionnerez le score précédent avec les nouveaux symboles que vous aurez entouré.

Une fois que vous avez fait votre action, vous pouvez si vous le souhaitez construire un bâtiment, et pour construire un bâtiment, il faut de l’or et des chèvres. Chaque bâtiment a un petit effet :

  • Le temple : il rapporte 3 points en fin de partie, et permet de marquer 3 points à chaque fois que vous construisez un bâtiment.
  • L’entrepôt : il permet de cocher un symbole marchandise de plus lorsque vous décidez de cocher des marchandises.
  • L’étable : elle permet de réduire ou d’augmenter de 2 le déplacement de l’intendant.
  • Le magasin : lorsque vous devez recevoir de l’or, vous en prenez 2 de plus.

Le joueur à la gauche du premier joueur devient à son tour premier joueur, coche sa case du compte tour, et on est parti pour un nouveau tour de jeu.

Lorsque tout les joueurs ont coché la dernière case de leur compte tour, la partie se termine, et on compte les points, celui qui a la plus de points gagne la partie.

Alors du coup ça dit quoi ?

Corinth est un Roll & Write, un de plus, il faut dire que c’est une mécanique de jeu qui fonctionne très bien, et c’est souvent des jeux rapides, plus ou moins simple, et heureusement, il y a en a pour tout les gouts, et avec peu de matériel et des tours de jeux rapides. Corinth ne déroge pas à la règle, il y a plusieurs angles de scoring, peu importe les résultats des dés, il y a toujours moyen de s’en sortir, le jeu est abordable mais suffisamment riche pour que tout le monde s’y retrouve.

Corinth est un bon jeu, un bon Roll & Write, pas juste un de plus, un qui compte au même titre que Dice Star, Welcome ou Très Futé. Ce qui est intéressant et complexe dans ce genre de jeu, c’est la notion de choix, quel groupe de dés je prend, comment je les utilise, l’analyse de son cheminement, l’observation des feuilles des autres aussi, la projection, et la frustration de ne pas arriver à ce que l’on avait projeté. Donc oui Corinth est un très bon jeu, si vous êtes accro à ce genre de jeu, vous pouvez y aller les yeux fermés.

Corinth est un jeu de Sébastien Pauchon, édité par Days of Wonder et distribué par Asmodée, pour 2 à 4 joueurs, pour des parties de 20 à 30 minutes.

Catégories
Jeux de plateau

Musicien, dessinateur, animateur socio culturel, fan de séries américaine et de BD, je suis tombé dans un jeu de plateau il y a 5 ans de cela, depuis je passe mon temps à lire des règles de jeu et à faire jouer tout mon entourage. Je vis ma passion à fond, et j'essaie du mieux que je le peux, de partager ma passion du jeu avec le plus grand nombre, c'est à dire avec vous.

Laissez une réponse

*

*